le Pou du Ciel Pornicais 'Rase-Mottes'
Le Rase-Mottes HM46 est un avion de type "Pou-du-Ciel", modèle HM14 construit en 1935 par le "Club des Rase-Mottes", club fondé le 2 janvier 1935 et présidé par Charles Gasse, concessionnaire Citroën, à Pornic. Passionné d’aviation, il a construit son propre avion avec un menuisier local, M. Pacaud.


Le Rase-Mottes en photos à Chateau-Bougon en 1936

Le Pou-du-ciel est le petit nom donné par Henri Mignet à un avion de sa conception, le modèle HM-14. Il conçut cet avion dans un esprit de simplicité, de sécurité et de faible coût. Il en offrit les plans à tout le monde au travers d’un livre Le Sport de L’air publié en 1936. Fin 1934, Mignet expose son Pou au grand Palais, dans le cadre du 14ème Salon de l’Aéronautique. Logé dans un coin de galerie plutôt à l’écart, le petit appareil, peu connu du public sinon par quelques articles de journaux, attire une foule ininterrompue de curieux, de passionnés aussi, trouvant là le seul avion à leur portée, une sorte de rêve accessible à leur bourse et à leur passion; le seul aussi qu’il leur soit proposé de construire eux-mêmes. Ce public, enthousiasmé par cette visite, en repart aussi un peu frustré, tant sa curiosité de voir la machine en vol est grande.
La suite sur le site Ailes Anciennes de Haute-Savoie

ou sinon pour tout connaître sur le "Pou du Ciel" : pouguide.org



Les essais du "rase-mottes" à Chateau-Bougon

source : journal "L'Ouest-Éclair" du 30 mai 1935



Le "rase-mottes" fait son premier vol le 27 mai 1935

source : magazine "La Vague" du 1 juin 1935



Homologation du Rase-Mottes HM14 n°46 en juillet 1935

source : Revue"Les Ailes" du 5 septembre 1935



Panne de moteur pour le "rase-mottes" en vol avec Henri Mignet

source : Revue"Les Ailes" du 5 septembre 1935

RETOUR AU BERCAIL APRES 3.250 KILOMETRES EN « POU-DU-CIEL »

Henri Mignet :
    «... Après une copieuse « secouée» d'ascendances la côte, avant l'île de Noirmoutier, ne m'a-t-elle pas vu passer à 1.000 m. malgré moi, et, d'une aile sur l'autre, m'efforcer de fuir cette surabondance de sustentation, j'atteignis Nantes où j'eus le grand plaisir, sensation inédite, du vol de groupe « Pou-du-Ciel » avec le Rase-Mottes de l'équipe Gasse, de Pornic. Spectacle très curieux de se voir voler à bout portant. Alors, c'est cela le « Pou-du-Ciel » en vol? Quelle imprudence! C'est minuscule! Jamais je ne monterai dans cette machine ondulante et balançante. Mais, au fait. j'en fais autant! Et l'amateur que je vois à dix mètres, immobile, comme suspendu par une ficelle, n'a pas du tout l'air d'être mal à l'aise.

    Rase-Mottes eut l'aventure d'une panne de moteur au-dessus d'un bois de châtaigners. On le vit s'abattre et disparaître dans le feuillage. L'Aviation militaire alerta l'ambulance et les civières. Quelques instants après, le groupe des amateurs ramenait Rase-Mottes à bout de bras par-dessus les clôtures dans un décor plus favorable. Il était intact et son pilote avait un large sourire. Son nom? Je ne dois pas l'écrire, mais ceux qui le connaissent, aussi bien sur l'aérodrome que chez son patron, savent que c'est un chic type...»



Les Plans du HM14 dessinés par Victor Collard


tous les plans du HM14 ici


Le RL19, un autre avion de Charles Gasse

Sur un article de 2017 du Courrier du Pays de Retz, on retrouve la trace d'un autre avion, le RL19, un exemplaire unique construit par Charles Gasse et conçu par E Lucas. L'appareil est en cours de restauration à Sainte-Pazanne par l'association 'Les aéroplanes'.

voir l'article du Courrier du Pays de Retz

Le petit mot de l'association «Les aéroplanes» : « Cet appareil nous a été donné par le musée d'Angers. Il a malheureusement été modifié, pillé et stocké dans de mauvaises conditions et nécessite un travail important. Il a été entièrement décapé, les ailes ont été réparées et sont maintenant apprêtées et dès que la météo le permettra nous pourrons envisager la peinture. Elle sera conforme à la peinture originale. Le tableau de bord a été reconstruit à l'identique avec des reproductions de l'équipement d'époque et l'habitacle remis en état. Un moteur factice a été fabrique car l'original a disparu et en retrouver un est pratiquement impossible, sauf dans quelques musées. Les photos sont rares et en noir et blanc. Par contre dans le bureau du garage Gasse à Pornic, on peut voir un tableau représentant l'appareil. Il nous servira de modèle. »

Cet avion en restauration a appartenu à Charles Gasse, ancien garagiste à Pornic. (Photo : Hervé Pinson)

Au hangar de Sainte Pazanne, la restauration du RL19 a commencé

extrait du bulletin du 1er semestre 2015 de l'association "les aéroplanes"
voir le bulletin complet

En 1947, René Leduc, originaire de Saint Père en Retz, réalisa les plans d’un avion dénommé RL 19 à la demande de Charles Gasse, garagiste à Pornic et pilote, comme son épouse et leur fils Roger. Début 1948, la construction du RL 19 débuta au fond du garage familial avec l’aide d’un menuisier, Monsieur Pacaud, habitant également à Pornic..

Le premier vol eut lieu le 24 juin 1952 sur l’aéroport de Nantes Château-Bougon, avec aux commandes Henri Francheteau. L’avion vola parfaitement et répondit totalement aux exigences du constructeur. Le RL 19 entamera ainsi une longue carrière, sans ennuis, aux mains de la famille Gasse. Après le décès de Roger Gasse, le RL 19 rejoignit Ancenis où il fut utilisé par l’aéroclub local, de novembre 1968 à juin 1973. Il fut ensuite vendu sans moteur et hélice à René Leduc fils pour la somme de 500 francs. En 1975, ce dernier en fit don au RSA (Réseau des Sports de l’Air) sous deux conditions : interdiction de vol et remise au musée de l’Air des constructeurs amateurs à Brienne le Château dans l’Aube. En 1989, le RSA le confia au GPPA d’Angers pour conservation et exposition. Ayant énormément de travaux en cours ou prévus sur d’autres machines, le GPPA , à son tour, confia aux «Aéroplanes» la restauration du RL19.

Après être resté stocké de nombreuses années dans notre hangar de Château Bougon, la machine a rejoint Sainte-Pazanne en fin d’année dernière pour les travaux de restauration.

L’équipe technique s’est donc attaquée dans un premier temps au fuselage. Le cockpit a été démonté et débarrassé des accessoires pour permettre une restauration des parties en bois. L’épine dorsale désentoilée a laissé apparaître une structure qui demande quelques travaux. Quant à la dérive, elle a nécessité des réparations avant un rentoilage. Le fuselage est désormais entièrement décapé, travail fastidieux nécessitant l’utilisation de produits chimiques et d’un décapeur thermique.

La restauration de cet aéronef sera un travail de longue haleine, mené en parallèle des travaux d’entretien de nos autres matériels.





Saisie d'un nouveau commentaire :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre adresse mail : (facultatif)
Titre du message:
Votre commentaire :
 
Délimitez votre texte avec les 'balises' suivantes pour :
- afficher du texte en 'gras' : [b] texte en gras [/b]
- afficher du texte en 'italique' : [i] texte en italique [/i]
- insérer un lien : [url=votre lien commençant par http://...] votre texte [/url]
    exemple : [url=http://www.google.fr] un lien vers google.fr [/url] )
- modifier la taille du texte: [size=1] texte en petite taille [/size]
    (la taille pouvant évoluer de 1-petit à 5-très grand, 2 étant la valeur par défaut)
- afficher du texte en 'rouge' : [color=rouge] texte en rouge [/color]
    (autres couleurs dispo : vert, bleu, vertclair, cyan, orange, gris, grisclair)
Les combinaisons sont possibles :
    exemple : [color=rouge][i][size=1] texte en rouge,en italique et en petite taille [/size][/i][/color]
Espace publicitaire : cliquez sur le bandeau pour accéder au site internet de notre partenaire

792 fois   (2018-06-19 16:38:33   -  1 / 13 / 792)