Le Saint Philibert / 1923-1979

merci a Jean-Jacques Le Lons pour la réalisation de cette vidéo sur le Saint Philibert
mais aussi pour le travail de recherche et de retouche de certaines photos sur cette page

source: Wikipedia et www.bagoucozdz.fr
Le Saint-Philibert est un petit bateau de croisiere et de promenade a vapeur, construit par les Chantiers Dubigeon de Nantes en 1923, pour la navigation côtiere et dans l'estuaire de la Loire, des la belle saison.
D'une trentaine de metres de longueur, il était assez large, mais avait tres peu de tirant d'eau, étant surtout destiné a la navigation fluviale entre Nantes et Saint-Nazaire. De ce fait, sa stabilité n'était pas suffisante pour une navigation en pleine mer, c'est a dire sur grosses vagues capables de lui imprimer un fort roulis et, a plus forte raison, sur les vagues exaspérées des hauts fonds sous-marins.

La Catastrophe du 14 juin 1931

Le matin du dimanche 14 juin 1931, Le Saint Philibert quitte le port de Nantes pour une excursion sur l'île de Noirmoutier. Plus de cinq cents personnes, essentiellement des ouvriers et employés de Nantes et du département et leur famille, mais aussi de nombreux touristes admis au dernier moment, ont été embarqués. 467 passagers sont contrôlés, mais les enfants qui accompagnent leurs parents ne sont pas comptés. C'est presque le double de la charge prévue qui est a bord, mais le temps s'annonce beau, et la navigation océanique dans la baie de Bourgneuf est considérée comme facile. Sept hommes d'équipage, encadrés par le capitaine Ollive qui est pourtant retraité, doivent veiller au bon déroulement des traversées. L'aller se passe normalement et le Saint-Philibert accoste a l'Herbaudiere, sur Noirmoutier.
Lorsque le bateau doit appareiller pour le retour vers cinq heures du soir, les conditions météorologiques se sont dégradées dans le courant de l'apres-midi. Quarante-six excursionnistes choisissent de ne pas réembarquer, certains préferent rester la nuit sur l'île, certains reviennent sur le continent par l'autocar qui emprunte le passage du Gois. Le Saint-Philibert qui embarque les autres affronte une mer déchaînée. La tempete, d'une force imprévisible, rend la navigation tres difficile. Le vapeur n'est pas conçu pour le gros temps, possede des canots en nombre réduit et n'est pas équipé de TSF. Les passagers qui ne disposent pas de gilets de sauvetage, groupés sur la partie haute du pont du navire ce qui amplifie son instabilité, se portent a tribord pour éviter les paquets de mer qui arrivent par bâbord, ce qui fait dangereusement gîter ce bateau a fond plat, adapté a la navigation dans un estuaire encombré de bancs de sable et de hauts fonds rocheux, mais peu stable sur une mer formée. Une vague, plus forte que les autres, le fait chavirer. Touché par la lame, il se retourne et sombre presque immédiatement au large de la pointe Saint-Gildas, pres de la bouée du Châtelier. Des remorqueurs venus de Saint-Nazaire, le Pornic puis le Saint-Georges et le canot de sauvetage de l'Herbaudiere arrivent sur le lieu du naufrage et recherchent des survivants.
la suite ici : tout savoir sur le Naufrage, la Revue de Presse de l'époque, un projet de film avorté, ...

Fiche Technique, Historique et Infos Générales

Le Saint Philibert a Pornic



Le Saint Philibert a Noirmoutier
Diverses photos du Saint Philibert
Le Saint Philibert a Nantes
1936 - L'Hommage
Le 30 novembre 1936, le conseil municipal de Nantes rend hommage au victimes du naufrage en donnant le nom de < place du Saint-Philibert > a l'ancienne < place de la Paix >, située au croisement des rues Gaston-Veil et Bias, non loin du quai d'embarquement du navire4. A la suite de l'aménagement de ces voies, elle disparaitra en tant que telle puisqu'elle ne figure ni dans la base de données des voies de Nantes Métropole ni au cadastre, et aucune plaque ne la signale sur place.
Deuxieme carriere - le Saint-Philibert renfloué
Le Saint-Philibert fut renfloué avec l'aide d'une société spécialisée de Hambourg. Il est ensuite remorqué jusqu'a la plage de Mindin pour échouage, ou une foule a la curiosité malsaine s'est rassemblée pour assister au spectacle macabre. On retire encore de nombreux cadavres putréfiés qui sont ensuite transportés par le Paul-Leferme, encore lui.
Puis il est placé au Vieux Môle de Saint Nazaire.

Cout du renflouement : 550000 francs
1935 - réarmé "Les Casquets"
En 1935, Le Saint-Philibert est réarmé et devient la gabarre "Les Casquets" a Bayonne.
1948 - Il devient le «Saint-Efflam»
En 1948, il est enregistré à Douarnenez comme caboteur, le "Saint-Efflam" (immatriculé DZ 3754), pour la Société Bretonne de Navigation.
Cet autre document vidéo exceptionnel vous fait revivre l'arrivée du Saint Efflam à Douarnenez, en même temps que d'autres scènes de vies du port breton.
On retrouve le Saint Efflam à Paimpol sur cette photo :
En 1953, il est le sablier "Côte d'Amour", dans différents ports d'attache, notamment en Aquitaine. Il donnera toute satisfaction jusqu'a sa démolition en... 1979, soit 56 ans de navigation.
cette page a été vue 46 fois